Vide & Co

C’est l’une des premières fois que ma plume me trahit .Commençant à effleurer les lettres de mon clavier, je n’ai pondu que le titre de ce préambule a mon storytelling .Je me suis laissé souffler qu’une plume reste une plume et un bout de papier reste un bout de papier .Je me suis rabattu sur mon stylo et mon bloc note et j’ai commencé ….

Je me suis résolu, que le changement du médium de transposition de sentiment en lettres a fait de l’effet , ma main épaulant ma tête lui donnant le confort de la réflexion, d’un état de doute a un autre de confiance, la trace du bic laissant un bleu derrière, me réconfortait .Je prône le mea-culpa pour mes lecteurs pour ce brise-glace qui s’éternise à l’image de ces images..

Au début de la pandémie et durant le premier confinement j’ai détourné mon regard, j’ai enduré l’emprisonnement sans l’avoir accepté .La photographie qui ete mon dernier rempart, mon remède des aléas du quotidien, ne servait plus à rien .Je refusais l’idée ou l’évidence qu’un photographe se voit obligé à produire, à témoigner de ces temps durs..

Sauf que neuf mois plus tard et au lendemain du nouvel an 2021 , le virus m’a chopé et j’ai photographié …