Contrat d’agonie -2014

Camp de refugies Choucha (2014)

Les réfugiés, depuis que le monde  a décidé de se diviser en territoire, ont toujours été soumis aux privations les plus dégradantes.Sans bagage, avenirs précaires, aucun moyen de subsistance sauf celui des organismes qui veuillent bien s’en occuper, les réfugiés ne gardent de leur passé que leur identité nationale à cause de laquelle ils ont été contraint de subir les pires situations de la vie. Comme des grévistes de la faim, qui ont désespérance de cause, ne trouvent plus que de revendiquer un droit qu’en ne se contentant pour survivre , que de boire de l’eau. À Choucha, dans l’extrême Sud de la Tunisie dans l’année 2011 où aujourd’hui dans les nombreuses zones de survies, des dizaines de milliers d’individus souffrent le martyre, ne réussissant à respirer  que grâce aux aides humanitaires. Longtemps après, c’est toujours interminable un séjour pour un réfugié, ne demeure que les restes de leur passage…une bouteille à la mer du désespoir.