Rakontado

Good luck , « Harag » .

Bonne chance à toute personne prétendante au départ, un nouveau départ , un départ en retard, un départ décalé ou un départ à l’heurre

Un réediting photo, des 48 heures ou presque, d’une commande exécuter pour le compte du « Der Spiegel », entre Sfaxe et Kerkennah . Aujourd’hui même j’ai eu envie de le partager sur mon site et comme par magie, un des protagonistes interviewés m’appelle pour m’annoncer comme il a promis : il est en Italie.

Je me rappelle bien qu’à la fin de l’interview, il s’est promis de devenir, de redevenir un inconditionnel « Harag », Si ce terme est incompréhensible à la langue de Molière et c’est bien évidemment compréhensible . À ma stupéfaction, le terme « harissa » reste lui aussi, en marge des échanges culturels incompris entre Sud et Europe .Son utilisation pourrait remonté aux années colonisations ,mais surtout a partir des années soixante . Sa définition chez Larousse, est la suivante : »Sauce faite de poudre de piment rouge piquant, malaxée avec de l’huile et utilisée pour relever le goût du couscous.(1) »

Entre « Harag » et « harissa » les termes se confondent dans le sens et se retrouvent dans l’effet .Si l’harissa peut causer des brulures à l’estomac de celui qui y goute, et ben le « Harag » risque plus gros .Il risque son passé déjà consumé et met un « All in » sur son futur , a chaque seconde a sa vérité . un périple qui commence sur des rives du sud pour s’échouer sur les rives Nord .Un d’eux m’avait confié : »le voyage clandestin commence réellement en Italie et non pas à partir des rives tunisiennes »

Je serais toujours tributaire à ces jeunes, à ces garçons, à ces filles, à ces bébés, à ces vieux , à ces chômeurs ,à ces diplômés , qui prennent la Mer, car elles et ils reproduisent un acte que je ne ferais jamais..

(1)(https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/harissa/39102#:~:text=Sauce%20faite%20de%20poudre%20de,relever%20le%20go%C3%BBt%20du%20couscous.)

Neurone pixelisé

Au temps du Covid, qui se conjugue au passé proche mais aussi au présent pesant, j’ai failli peter un câble .Mon dernier rempart qui est la photographie, a elle aussi subi, l’être minuscule que je suis .Que faire devant cette pandémie . Porter un masque et braver le confinement obligatoire pour partir chercher un conflit à photographier . Sauf que mon classicisme me définissait le conflit, comme disparité de deux clans ou groupes ou mêmes deux personnes…Sauf que le conflit actuel met l’humanité entière face à elle-même … Rien que l’obligation de témoigner de cette ére, me foudroyait le minimum de motivation du photographe que je suis…Il s’avère que je sais bien faire à montrer les joies des hommes et cancre vis-à-vis de leurs malheurs…Le sujet ne m’intéressait pas ,point .Sauf que mon orgueil de photographe avait de la peine vis-à-vis de ma pratique et il m’infligeait à penser comment pourrait-je , entretenir cette flamme afin qu’elle ne cesse pas, après avoir eu marre de shooter mes gosses et les insectes de mon jardin .Je voyais le monde laid . Qu’est-ce que je pouvais faire, enclavé dans la cuisine, qui fait office de mon bureau ?

Comme tous les clients affiliés à un opérateur internet, je n’avais devant moi que ma webcam comme oeil extérieur, et des amis ou des collègues à s’entretenir pendant heures et des heures sans fin .Je m’immisçait malgré moi ,à leurs backgrounds que m’offrais leur webcam respective, pour en apercevoir des objets qui constituaient leurs chambres-cellules ..

Le premier objet que m’a donné envie de faire cette série ,c’est un appareil photo qui pendulait sur un mur rose .Je demandais que mes interlocuteurs m’assistaient à cadrer des photographies que j’ai eu envie de prendrede leurs environnement , ils étaient sympas à exhausser un caprice d’un photographe fou .À la guise des kilo-octets pixelisés et aux fous rires en ligne , je vous invite à ne pas voir cette série mais de la sentir …

Mon rempart venait encore une fois à me dire qu’entre envie et ennuie, il n’y a qu’un neurone..

#World PhotographyDay

You vibe …

Edition of Secret Vibes #SV18 #XTNDD .

« You vibe » une série qui s’inscrit en marge d’un projet documentaire photographique , qui explore les différentes facettes de la musique électronique en Tunisie et de ses intervenants.

Utic Tunisie 2020